Les traditions

Le jeu du bouquet : (Parado dou ratie)

Les cavaliers accompagnent les demoiselles (Arlésiennes) un bouquet à la main. Le prétendant saisit le bouquet et essaie de défendre celui-ci. Il est attaqué par deux autres cavaliers qui tentent de le lui dérober. Le cavalier qui rapportera le bouquet à la demoiselle aura gagné (à défaut de sa main) le droit au baiser de courtoisie de celle-ci. Le but de ce jeu est de démontrer la maniabilité au galop du Camargue et ses aptitudes à changer de direction promptement.

Le jeu des oranges : (Jo dis arange)

D'origine Andalouse, il se déroule sur une piste circulaire. Quatre ou cinq jeunes filles disposent des oranges sur un plateau à intervalles réguliers. Les cavaliers s'élancent alors au galop à tour de rôle, et tentent d'attraper les oranges au passage. Celles qui sont attrapées sont alors envoyées au public, qui peut en profiter pour abréger une petite faim. Le but de ce jeu est de tester l'habileté du cavalier et son aisance à cheval, ainsi que la franchise de ce dernier.

Le jeu des chaises :

Le principe de ce jeu est celui des chaises musicales. Un groupe de cavaliers tourne en musique à la galopette (petit galop) autour de chaises disposées en cercle sur la piste. A l'arrêt de la musique, les cavaliers sautent de cheval et tentent de s'asseoir sur une chaise. Il y a bien entendu, une chaise de moins qu'il y a de cavaliers. Celui qui n'aura pas trouvé chaise à son pied (si on peut dire) sera éliminé. Le cavalier restant gagne la partie.

Le jeu du brassard : (Parade di cherpo)

Les cavaliers sont divisés en deux groupes, munis chacun d'un brassard accroché par un élastique. Nous utilisons bien entendu les couleurs de notre association, ce qui donne une équipe bleue et une équipe jaune. Tour à tour, chaque membre d'une équipe défie un membre de l'autre équipe qui devra s'emparer de son brassard. Un cavalier neutre appelé "garde-camp", placé en bout de piste, assure l'arbitrage du jeu et comptabilise les points pour chaque équipe. A la fin du jeu, il annonce le résultat d'un geste du fer (le trident). Là encore, le but de ce jeu est de montrer la maniabilité du cheval Camargue, qualité essentielle pour son utilisation par le gardian au tri des taureaux.

Le jeu de l aiguillette : (Jo de la bago)

C est un jeu qui requiert calme, maîtrise et précision. Il est directement issu des tournois de chevalerie du moyen âge. Un anneau est fixé au bout d une potence. les cavaliers au galop, munis d'une lance (aiguillette), tentent d'attraper cet anneau.

La roussataïo :

Travail pastoral ancestral qui permettait le transfert des juments d'un pâturage à l'autre. Les cavaliers guidaient les chevaux en liberté et n'hésitaient pas à traverser villes et villages. Il est reconduit aujourd'hui par notre association.

Le tri de bétail :

Vous devez isoler du troupeau et conduire dans un couloir, dit couloir de tri, un animal. En compétition, le tri est jugé, et l'épreuve est généralement chronométrée. C'est une épreuve où l'expérience et le coup d'œil sont prépondérants. On met en mouvement le bétail par influence sur ses distances de sécurité. Si isoler l'animal est une chose, le conduire jusqu'au couloir de tri en est une autre, lorsque l'on sait que ces animaux ont un instinct grégaire très développé. Là encore, les qualités du Camargue font merveille. En effet, le cheval doit être d'un calme olympien dans la première phase afin de ne pas affoler le troupeau, et être capable "d'exploser" lorsque l'animal en est sorti et qu'il ne pense qu'à une chose : rejoindre les autres.

Le parcours de pays :

Il s'agit d'une épreuve en terrain naturel, parsemée d'obstacles visant à tester la confiance et la disponibilité du cheval. Ces obstacles sont en général plus impressionnants pour le cheval que techniquement difficiles. Il s'agira par exemple de passer à travers un rideau de branchages, de marcher sur une bâche en plastique ou de traverser une passerelle en bois. Rajoutez à celà quelques obstacles naturels, tels un tronc d'arbre, une rivière et quelques dénivelés, et vous aurez tous les ingrédients d'un bon parcours de pays. On rencontre aussi souvent un passage de porte, où le cavalier est obligé de descendre de cheval, et au milieu du parcours une épreuve où le cheval doit retrouver tout son calme (par exemple une manœuvre serrée, entre des piquets posés en équilibre précaire). Et comme il ne faut pas oublier l'efficacité, le chronomètre vient départager les concurrents. Cette épreuve, aussi agréable à regarder qu'à effectuer, assure toujours le spectacle...

Le dressage :

La seule spécificité du dressage en équitation Camargue, réside dans le fait que la conduite du cheval doit être assurée avec les rênes tenues dans une seule main (la main gauche). La raison en est simple, la main droite doit être libre afin de permettre la tenue du trident ou du calos.

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

05.09 | 16:17

Bonjour Fanny. Le concours se tiendra le 17 Septembre.
@ tres vite

...
05.09 | 13:13

Bonjour c'est Fanny Ruelle, le concours cette année est le dimanche 17ou le 24 septembre ???

...
04.05 | 10:13

Bonjour Paul.

Comme indiqué notre entrainement se tient à Nucourt au croisement du chemin de Dangu et la rue des Bourdelles. Demarrage 15 h.

A Samedi

...
02.05 | 17:06

Bonjour,
Je voudrais assister à l'entrainement du 6 mai prochain à Nucourt.
Puis-je avoir des renseignements ? Lieu, horaires, adresse exacte?

...
Vous aimez cette page